[go: up one dir, main page]

Accès rapides :

Vous êtes ici :

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Usage des ascenseurs en période de pandémie Covid-19 (rubrique sélectionnée)

Usage des ascenseurs en période de pandémie Covid-19

Quels risques ? Quelles mesures de prévention

Les cabines d’ascenseurs sont potentiellement fréquentées par tous les usagers d’un bâtiment. Ces espaces clos, peu ventilés peuvent favoriser la transmission du coronavirus SARS-CoV-2. Certaines mesures doivent être mises en œuvre pour prévenir les risques de contamination.

Le SARS-CoV-2, responsable de la Covid-19, se transmet principalement par inhalation de gouttelettes expulsées par la bouche ou le nez d’une personne infectée qui respire, parle, tousse ou éternue à moins d'un mètre. La transmission est également possible en portant à la bouche, au nez et aux yeux, les mains entrées en contact avec des surfaces contaminées. A l'heure actuelle, les spécialistes s'interrogent sur une autre voie de transmission, qui s'effectuerait par inhalation d'aérosols s'accumulant dans un local mal ventilé, accueillant plusieurs personnes.
A ce titre, l'OMS préconise le port du masque pour les personnes se rassemblant dans un espace clos, confiné, mal ventilé.

Les cabines d'ascenseur peuvent-elles être assimilées à des locaux clos, confinés et mal ventilés ?

D’après la norme NF EN 81-20 (« Règles de sécurité pour la construction et l'installation des élévateurs - Élévateurs pour le transport de personnes et d'objets - Partie 20 : ascenseurs et ascenseurs de charge"), la ventilation des cabines s’effectue principalement de façon passive, par des orifices situés en parties haute et basse, dont la surface effective doit représenter pour chaque partie au moins 1 % de la surface utile de la cabine.

L'air entrant par ces orifices provient de la gaine, qui est elle-même ventilée naturellement par l'air provenant du local des machines, situé en partie basse de la gaine (sous-sol) ou sur le toit (Figure 1). Le local des machines est également ventilé naturellement. De façon exceptionnelle, l'air de ce local peut être extrait mécaniquement.

Le renouvellement de l’air de la cabine a donc lieu :

  • par les orifices haut et bas des cloisons de la cabine lors de son déplacement dans la gaine,
  • par infiltration d’air par les portes qui ne sont pas parfaitement étanches (cette surface de fuite peut d’ailleurs faire partie du 1 % de surface d’orifices exigé, jusqu’à une proportion de 50 %),
  • par l’ouverture des portes lors des phases d’entrée/sortie des passagers.

La sinistralité concernant des accidents liés à une mauvaise qualité de l’air (même en cas de blocage de la cabine) est très faible, voire nulle. Le temps d’intervention généralement court permet probablement de ne pas atteindre des niveaux dangereux de concentration en polluants (CO2) et de température dans la cabine.

L'estimation du taux de renouvellement d'air dans une cabine d'ascenseur (voir tableau) montre que lors de son déplacement, la valeur est assez importante (> 14 vol/h) ; mais si l'on considère un déplacement de 30 secondes, l'air est finalement peu renouvelé (0,12 fois en 30 sec pour un immeuble de 10 étages).
Lorsque la cabine est à l’arrêt, le renouvellement d'air est proche de zéro vol/h. Cela reste vrai même lorsque la cabine est à l'arrêt portes ouvertes sur le palier, car l'absence de différence de température et de pression (courant d'air) entre la cabine et le palier limite l'écoulement de l'air.
De plus, une augmentation éventuelle du taux de renouvellement d’air dans la gaine d’ascenseur n’impliquerait pas d’augmentation du taux de renouvellement d’air dans la cabine.

Ainsi une cabine d'ascenseur empruntée par plusieurs personnes, simultanément ou non, est peu ventilée et pourrait conserver une certaine quantité d'aérosols, potentiellement porteurs du SARS-CoV-2, émis par ces personnes en expirant, parlant, toussant ou éternuant. En outre, la cabine accueille tous les usagers du bâtiment, soit un nombre de personnes nettement supérieur à celui que peut accueillir un grand local de travail tel qu'un open space ou une salle de réunion.

La cabine d'ascenseur peut donc être assimilée à un local très fréquenté, clos, confiné, insuffisamment ventilé en période de pandémie Covid-19.

Les recommandations

En l'absence de donnée sur la proportion d'aérosols générés par une personne respirant, parlant, toussant ou éternuant et sur la dose virale infectante, il est donc recommandé :

  • d'éviter, autant que faire se peut, d'utiliser les ascenseurs et de privilégier les escaliers ;
  • d'aérer au maximum les cages d'escalier. Le maintien des portes palières ouvertes ne doit pas se faire au détriment des règles de sécurité incendie ;
  • lorsque l'usage de l'ascenseur est indispensable :
    • Pour chaque usager, même seul dans la cabine, maintenir le port du masque préconisé dans les locaux et effectuer une friction des mains à l'aide d'un gel hydro-alcoolique avant d'entrer dans l'ascenseur.
    • Limiter le nombre de personnes dans l'ascenseur de manière à respecter une distance supérieure à un mètre entre chacune.

 

Estimation du taux de renouvellement d’air dans une cabine d’ascenseur rencontrée dans deux types d'immeubles de travail.

 

Immeubles de Moyenne Hauteur

Immeubles de Grande Hauteur

Nombre d'étages, hauteur

10 étages, 30 m de haut

16 étages, 48 m de haut

Charge nominale de la cabine

1000 kg

1600 kg

Nombre maximum de personnes

13

19

Surface utile

2,15 m²

3,00 m²

Volume de cabine (Surface x Hauteur)

5,38 m³

7,5 m³

Vitesse de déplacement nominale de la cabine

1 m/s

1,6 m/s

Surface disponible pour les entrées et sorties d’air (1% de la Surface utile)

0,022 m²

0,03 m²

Débit d’air neuf dans la cabine (Vitesse x Surface disponible)

77 m³/h

173 m³/h

Taux de renouvellement d'air de la cabine (Débit d’air neuf / Volume de la cabine)

 

 

Pendant son déplacement

14 vol/h

23 vol/h

Lors d’un déplacement de 30 secondes(1)

l’air est renouvelé 0,12 fois

l’air est renouvelé 0,19 fois

A l’arrêt, même portes restant ouvertes

proche de zéro vol/h

proche de zéro vol/h

 (1) 30 secondes : temps de trajet généralement observé pour atteindre le dernier étage d'un immeuble de 10 étages dont l'ascenseur se déplace à 1 m/s, ou d'un immeuble de 16 étages dont l'ascenseur se déplace à 1,6 m/s.

Pour aller plus loin
Mis à jour le 17/09/2020